Abtei Saint-Benoît de Fleury (Frankreich)

Da für einen Aufenthalt in Fleury die Kenntnis der französischen Sprache vorausgesetzt ist, lassen wir die dortige Klostergemeinschaft sich gleich selber in ihrer Muttersprache vorstellen:

Cher ami,

Tu souhaites venir séjourner quelques mois dans notre monastère afin d’y approfondir ta foi dans un environnement bénédictin. Nous t’accueillons avec joie.

Pour que ce séjour se déroule au mieux, outre les conditions déjà prévues de Einsiedeln, nous ajoutons celles-ci, propres à notre monastère.

1/ Il faut d'abord que tu parles Français, pour pouvoir communiquer avec nous, suivre la liturgie et comprendre les lectures au réfectoire.
 
2/ Ensuite, que tu sois animé d'une quête spirituelle et pas seulement d'un intérêt culturel pour le monachisme : en effet, pour passer ici trois mois ou plus, il faut que tu aies le goût de la vie contemplative, du recueillement, de la prière, sinon tu risques de t'ennuyer.

3/ En ce qui concerne ta participation à la prière de la communauté, nous te proposons au moins un office le matin (laudes ou tierce), la messe à midi et les vêpres le soir.

4/ Pour entrer, à ta mesure, dans le climat de silence et de recueillement de la communauté, nous te demandons une certaine réserve dans tes rapports avec les hôtes et les personnes de l’extérieur.

5/ Nous te proposons de faire le point à intervalles réguliers avec le frère responsable de ton stage.

6/ Nous ne pouvons pas organiser pour toi d’excursions touristiques (tu as cependant la possibilité d'en faire toi-même si tu le souhaites), mais nous te proposons de participer aux temps de détente de la communauté, comme par exemple la promenade hebdomadaire.

 

Présentation

L’Abbaye de Fleury, dans le diocèse d’Orléans, est située à Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) au cœur de la région Centre-Val de Loire. Implantée sur la rive nord de la Loire, dans un val agricole fertile surnommé le « Val-d’Or », elle est au carrefour de la forêt d’Orléans, de la Sologne et de la Beauce dans un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’église abbatiale, qui porte le titre de basilique, est un lieu de culte mais aussi un monument exceptionnel du patrimoine roman. De nombreux chapiteaux ornent la tour porche datant de la première moitié du XIe siècle, ainsi que le transept et le chœur de la basilique construits au cours de la seconde moitié. Au portail nord, un tympan de la fin du XIIe siècle représente le Christ enseignant, entouré des évangélistes et des apôtres, avec un linteau figurant le transfert des reliques de saint Benoît depuis le Mont-Cassin. Cet ensemble iconographique est unique dans la Région Centre-Val de Loire et constitue une œuvre majeure de l’art roman. La basilique est dédiée à la Vierge Marie et à saint Benoît, Patriarche des Moines d'Occident et co-patron de l’Europe, dont les reliques reposent dans la grande crypte du XIe siècle. Elle est le lieu de la prière des paroissiens de Saint-Benoît-sur-Loire et de la communauté monastique où, six fois par jour, les moines se retrouvent pour prier. Elle reçoit de nombreux pèlerins et visiteurs. Par ailleurs, sa situation centrale dans le territoire diocésain en fait un lieu attractif de la vie ecclésiale locale.

Histoire

Le monastère fut fondé vers 630 par des moines venus d'Orléans. Vers 672, des moines vont chercher les reliques de saint Benoît dans les ruines du Mont-Cassin, en Italie. L'abbaye devient alors un important lieu de pèlerinage pour la chrétienté occidentale. L'abbaye connaît son apogée sous l'abbatiat de saint Abbon (988-1004) et de Gauzlin (1004-1030). Elle devient alors un centre littéraire de référence en Occident. En 1026, un incendie détruit les bâtiments monastiques. Ceux-ci sont immédiatement reconstruits. À la même époque, on entame l'édification de la tour-porche. En 1067 débute la construction de la basilique, dont le chœur est consacré en 1108. Elle est achevée en 1218. Au XVIe siècle le monastère est pillé par les protestants. Les ouvrages de la bibliothèque sont éparpillés en Europe. En 1627, la Congrégation de Saint Maur reprend l'abbaye en main. Un nouveau monastère est construit au XVIIIe siècle. Après la Révolution, les bâtiments monastiques sont détruits et le monastère sert de carrière de pierre. En 1865, des moines de la Pierre-qui-Vire font revivre le monastère, mais la loi sur les Congrégations oblige la communauté à s'exiler. La vie régulière reprend en 1944 et le monastère est reconstruit. Aujourd’hui, 34 frères y vivent selon la Règle de saint Benoît sous la direction du Père Abbé Etienne Ricaud.

 

Activités

Selon le charisme ordinaire de la vie bénédictine, les activités de la communauté monastique se partagent en temps de prière, de travail et de vie fraternelle. Les plus jeunes frères suivent des études avec le Studium théologique inter-monastique (STIM), et l’ensemble de la communauté profite d’une formation permanente par diverses sessions programmées sur l’année. Jusque dans les années 1980 un atelier de vitraux a été le principal support de la vie économique, avec de nombreux chantiers d’églises ou d’édifices civils, tant en France qu’à l’étranger. Après sa fermeture, les moines ont ouvert un atelier de peinture sur vaisselle de porcelaine. Un atelier de confiserie produit des bonbons de cuisson traditionnelle, en divers parfums et diverses formes dont les célèbres « moinillons », marque déposée depuis 1952. Une revue trimestrielle, Renaissance de Fleury, est diffusée chez de nombreux abonnés et apporte un message spirituel et culturel dans l’esprit de la vie monastique et de son rayonnement. Un magasin propose ces divers produits à la vente sur place ainsi que par une boutique en ligne sur internet. Une hôtellerie accueille des retraitants, en trois espaces différents, en groupes ou individuels, pour partager la prière liturgique avec la communauté et profiter d’un accompagnement spirituel. Par ailleurs l’abbaye possède des bâtiments occupés par deux établissements d’enseignement catholique, de 94 et 213 élèves.


Voraussetzungen und Spezielles:


Weitere Informationen:

www.abbaye-fleury.com